Maison connectée
share
79 views

La présence des écrans dans la vie des enfants est un large débat.

Triste sort pour la poupée Barbie qui a été détrônée par les ventes de tablettes aux quatre coins de la planète. Il est de plus en plus difficile de préserver les enfants face à ce phénomène et de nombreux parents se retrouvent aujourd’hui démunis.

Contrôle parental, limites de l’accès à Internet, conseils de restrictions et question de moralité…. on décrypte ensemble le phénomène de l’“Enfant Connecté”.

Un point de la situation…

Aujourd’hui, Internet représente plus de 1,6 milliards de sites web. Chaque minute,3,8 millions de recherches sont décomptées par le géant Google… difficile d’écarter les enfants de ce flux sans limites. Ce sont plus de 1 million de connexions sur Facebook recensées, 4,5 millions de vidéos YouTube visionnées et 2,1 millions de snaps échangés par minute.

Des chiffres mis en lumière par Visual Capitalist qui font tourner la tête à de nombreux parents. Mais c’est un fait, les enfants aujourd’hui naviguent mieux sur le Web qu’entre les lignes d’une encyclopédie.

Les écrans restent cependant de fabuleux supports d’éducation, de stimulation et de divertissement. Internet demeure une réelle source d’informations, un lieu de recherche et d’échange privilégié. Depuis 2013, l’Académie des Sciences dans son rapport « l’enfant et les écrans » indique que l’évolution numérique a des effets positifs. Les scientifiques ont noté une amélioration de l’acquisition des connaissances, une valorisation de la créativité et une facilité de l’insertion sociale.

Alors faut-il réellement s’en inquiéter ? Quels sont les dangers d’une surexposition ? Quels sont les conseils des experts aux parents ? Petit aperçu des outils pour contrôler et protéger les enfants des dérives d’Internet.

L’exposition croissante des enfants

Les parents laissent de plus en plus leurs enfants devant les écrans. Ils sont souvent partagés entre une volonté de contrôle et une envie de faire plaisir, de stimuler l’éveil de leur progéniture, de développer leur agilité, ou tout simplement de vouloir les préparer à la vie de demain… Mais derrière cette bienveillance, les difficultés quotidiennes apparaissent souvent comme “responsables” de cette surexposition infantile. Horaires de travail amplifiées, problèmes familiaux ou financiers, les enfants sont souvent abonnés devant les écrans aux côtés de parents dépassés par un quotidien plus lourd que les générations précédentes.

Comme le dit le psychiatre Serge Tisseron “Avant les écrans, on mettait les enfants devant la fenêtre. Aujourd’hui, on les met devant les écrans”.

Les risques d’une surexposition sont nombreux sur les plus petits : retard de langage, difficulté d’attention et de concentration, dépression, comportements agressifs et grignotages excessifs. Il demeure évident qu’uncontrôle est à mettre en place. Sur les conseils des professionnels, l’accès aux écrans et à Internet doit être progressif et proposé dans de bonnes conditions.

Bienvenue à la règle “3, 6, 9, 12″ !

Pour guider les parents face à cette problématique, le psychiatre Serge Tisseron a initié la règle universelle “3,6,9,12”. Moyen mnémotechnique simple d’appréhension, il instaure des règles basiques pour contrôler l’accès aux écrans et à Internet.

Petit guide d’utilisation :

  • Avant 3 ans : Aucun écran
    Limiter au maximum la présence des écrans car ils n’apportent aucune faculté aux très jeunes enfants.
  • Avant 6 ans : Pas de console de jeu – Limiter à 1h d’écran par jour
    Attention au fort pouvoir attractif d’une console de jeu. Elle monopolise la concentration et détourne des activités développant des compétences clés telles que la manipulation et l’imaginaire.
  • Avant 9 ans : Pas d’internet – Limiter à 2h d’écran par jour
    L’enfant n’a pas encore les capacités de comprendre les pièges et les risques que peut contenir Internet (vidéos, commentaires, échanges sur des forums…)
  • A partir de 12 ans : Utilisation modérée – 2h maximum si possible
    La présence des écrans, des jeux vidéo et d’Internet dans le quotidien d’un adolescent a des effets très positifs. Il est recommandé de « consommer » les écrans de façon modérée pour éviter de tomber dans les travers du « Zapping »

 

Quel format choisir ?

Vidéos, photographies, sites, réseaux sociaux…de nombreux types de formats existent sur les écrans. Le format le plus controversé chez l’enfant demeure le format vidéo. Passer d’une vidéo à une autre, incite au “Zapping” et diminue la concentration, jusqu’à en absorber les pensées. Attention à l’insomnie infantile, renforcée par cette notion, qui entraîne fatigue et échec scolaire.
Le format des jeux vidéo, quant à lui, accapare l’attention des plus jeunes et instaure un fort pouvoir addictif. Il est donc à privilégier donc les formats écrits et imagés qui vont stimuler le développement des connaissances et inciter à la lecture.
Du côté des objets connectés, le smartphone est à surveiller. Facilement accessible et mobile, il augmente la durée de consommation quotidienne.

 

 Les risques d’Internet à identifier

Les “mauvaises rencontres” sont malheureusement courantes auprès du jeune public.

Encore peu alertés face aux risques et non conscients de la malveillance, les enfants peuvent divulguer des informations personnelles qui peuvent nuire à leur réputation et à leur bien-être.

On parle alors de “cyberharcèlement” qui va provoquer de réelles séquelles psychologiques. La vigilance des parents doit se concentrer sur les forums et réseaux sociaux qui en sont souvent la source.

Les contenus violents ou à caractère pornographique sont également un risque important à anticiper. Difficile à contrôler dans son intégralité, l’accès aux images non adaptées doit être évoqué avec l’enfant en amont. Si toutefois votre enfant est amené à être confronté à du contenu non adapté,il est essentiel d’en parler avec lui, de comprendre les émotions générées et de le rassurer.

Le contrôle parental

Le contrôle parental et l’échange demeurent à ce jour les meilleures solutions pour éviter que les plus jeunes soient confrontés aux dangers du web. Avant de confier un écran à un enfant, il est impératif de vérifier le contenu accessible. La fonctionnalité “contrôle parental” n’est pas à négliger et demeure un outil essentiel à mettre en place au sein de chaque foyer.

Dans cet objectif primordial de surveillance et de protection de l’enfant, NETGEAR a intégré“Circle with Disney”. Cette solution intelligente decontrôle parental propose une application intuitive et pratique accessible à tous les foyers. Grâce à “Circle with Disney”, les parents peuvent gérer plusieurs profils qui correspondent aux différents membres de la famille. Ainsi chacun a accès à un contenu adapté, une durée d’utilisation personnalisée, et ce, sur tous les écrans connectés au sein du foyer.

Les enfants peuvent ainsi librement naviguer sur le web en toute sérénité et sécurité.

Le dernier conseil, qui semble basique mais essentiel, reste l’échange. Le fait de parler des dangersd’Internet avec les plus jeunes, de les prévenir sur les risques d’une surexposition est un premier pas vers la prévention.

Un petit œil régulier des visites et du contenu visionné, l’activation du contrôle parental et une règle des “3,6,9,12”… des conseils simples mais efficaces vers une utilisation plus sereine d’Internet.

Susana Teixeira
  • View Comments

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *